Liste 28 (An-Maï)

Liste 28 de An-Maï composée en famille

Cinétique, carafon, pustule, glorieuse, ostentatoire, moulin, calendrier, bidonville, asticoter, bourlinguer.

 

Il est habillé pauvrement d’un manteau troué, d’un jean tenu avec une ficelle et de chaussure en très mauvaises état. Il est sale à force de s’assoir n’importe où, comme tout ceux qui ont l’habitude de bourlinguer aux quatre coins de la ville à longueur de journée. Sur son visage qui ne voit pas souvent de savon on voit des boutons et, même une pustule, peu ragoutante.

Il va, vient sans consulter montre ou calendrier, n’ayant plus aucune obligations depuis plusieurs années.

De chercheur qui manipulait des formules sur l’énergie cinétique, et faisait des discours de manière  ostentatoire bien souvent, il est devenu sans domicile fixe. Trainant se guêtres sur les quais, sous le ponts et au bidonville derrière les halles.

Fini l’heure glorieuse ou il était reconnu par ces pairs. La chute fut brutale.

Il habitait un superbe moulin en dehors de Paris maintenant, il habite sous des cartons qu’il cache et garde précieusement.

Asticoter du carafon a eu raison, de sa raison, de son savoir. Triste fin pour cet homme qui était, quoique on dise, un génie!

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays dont la Grèce. Les voyages sont une passion. J'aime les animaux, la nature, la lecture, la musique.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

22 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Yolande Zayer
11 mois il y a

Malheureusement ce sont des choses qui arrivent et c’est tellement triste.
Très beau texte, bien que triste.
Bonne journée
Gros bisous

aine
11 mois il y a

Triste fin oui, pour ce génie déchu !
Pardonne-moi d’avoir zappé cette participation chère Renée ! ! Elle vaut pourtant d’être lue car l’histoire qu’elle raconte , si elle est triste ö combien ! Est très bien écrite ! Et tu as judicieusement placé tous ces mots difficiles ! Bravo à toi et surtout merci pour ta fidélité ! J’avoue avoir un peu de mal à suivre avec les dates quand le texte n’est pas visible le jour-même ! Et j’ai peine à rattraper mon retard depuis mon retour de petites vacances !
J’espère que ta main va mieux, ceci pour répondre à ta question ! Oui, je reçois bien ta news ! la dernière en date était du 3 février , titrée blessure main. En as tu posté d’autres depuis ?
Prends soin de toi et merci encore pour ce texte de la liste 28 que je note illico dans le récap’
Gros bisous
Bonne sem

moqueplet
11 mois il y a

et oui c’était une subtilité de ce petit jeu que je n’avais pas trouvé non plus…..(lol), passe une bien doux samedi

chevrette13
11 mois il y a

bonjour Renée
bourlinguer, voilà un verbe que j’affectionne !!
Pour répondre à ta question , ces trois pays ont un patrimoine incroyable aussi je n’ai cessé de prendre des photos
bisous

j-francois
11 mois il y a

Bonsoir Renée
Du fictif qui pourrait devenir réel, dans le contexte actuel il ne faut pas grand chose pour que tout bascule …
Bonne fin de semaine amitiés

écureuil bleu
11 mois il y a

Bonjour Renée. La vie peut se briser très vite, comme celle de cet homme. Bravo pour ton texte et bisous

jean marie 14
11 mois il y a

coucou Renée ,un super texte avec tout ces mots c’est bien écrit, il ne fait pas très beau ont a vraiment un temps d’hiver mais pas trop froid, je te souhaite un très bon Vendredi, bises

mouneluna77
11 mois il y a

Les génies n’ont souvent pas grand chose dans le ciboulot. s’ils ont une femme ils s’en sortent sinon …. bonne journée j’espère que tu vas bien Bisous

Pestoune
11 mois il y a

Ce n’est pas toujours l’alcool qui précipite la chute. Mais tôt ou tard, celui ci s’invite dans la vie de ces personnes.
Ton histoire, je l’ai connu et j’ai une pensée pour ce monsieur qui n’a pas su surmonter un échec personnel et que la dépression a précipité dans la rue. J’aimais m’arrêter et discuter avec lui. Il me racontait sa vie d’avant, où il était considéré, où il avait une position sociale, une famille. Il ne s’étalait pas sur les raisons de son abattement et de sa chute. Il ne demandait rien. Il voulait qu’on lui fiche la paix mais qu’on ne le considère pas comme un chien. Homme il était, homme il restait même dans la débâcle
Bonne journée Renée

fanfan2B
11 mois il y a

Pauvre homme; la déchéance arrive vite parfois. Les mots sont bien placés! Bise

trublion
11 mois il y a

Une histoire tout à fait vraisemblable, l’ alcool, mais aussi un divorce, ou le chômage peut faire d’un homme un sdf
Passe une bonne journée
Bisous

Retour en haut