Aller au contenu

Lectures de mars

La fortune des Rougon Emile Zola

Dans la petite ville provençale de Plassans, au lendemain du coup d’Etat d’où va naître le Second Empire, deux adolescents, Miette et Silvère, se mêlent aux insurgés. Leur histoire d’amour comme le soulèvement des républicains traversent le roman, mais au-delà d’eux, c’est aussi la naissance d’une famille qui se trouve évoquée : les Rougon en même temps que les Macquart dont la double lignée, légitime et bâtarde, descend de la grand-mère de Silvère, Tante Dide. Et entre Pierre Rougon et son demi-frère Antoine Macquart, la lutte rapidement va s’ouvrir. Premier roman de la longue série des Rougon-Macquart, La Fortune des Rougon que Zola fait paraître en 1871 est bien le roman des origines. Au moment où s’installe le régime impérial que l’écrivain pourfend, c’est ici que commence la patiente conquête du pouvoir et de l’argent, une lente ascension familiale qui doit faire oublier les commencements sordides, dans la misère et dans le crime.

Me voilà plongée comme je me l’était promis dans la découverte de cette série qui il est vrai me plait énormément. Ambition, cupidité, cruauté  parsemé de pas mal d’orgueil de couardise et  de jalousie….Comme quoi dans les temps anciens les hommes étaient, comme ceux d’aujourd’hui!

 

Ne réveille pas les enfant de Ariane Chemin

La soeur jumelle. Puis la mère. Puis la petite fille. Puis le fils adolescent, et enfin le père. Le 24 mars 2022 une famille française se jette du septième étage de son balcon, face au lac Léman, à Montreux, en Suisse. »Suicide collectif », concluent presque aussitôt les enquêteurs, malgré la présence de deux enfants mineurs. Un an plus tard, le dossier est clos. Les autorités ont posé une chape sur le « mystère de Montreux », un peu comme soixante ans plus tôt un cercueil fut scellé sans autre forme de procès sur le corps du grand-père des jumelles, l’écrivain Mouloud Feraoun, assassiné par l’OAS aux derniers jours de la guerre d’Algérie.

Vous l’avez compris ce livre retrace le drame de Montreux du 24 mars 2022, mais surtout il explore le passé pour essayer d’en expliquer la trame….

Je n’ai pas choisi ce livre pour l’aspect **voyeur* mais, parce qu’il était présentez sous le titre « Ne réveille pas les enfants » (phrase que dit l’écrivain Mouloud Feraoun à sa femme, la veille de son assassinat à Alger, en 1962,), je ne me doutais pas du tout qu’il parlait de ce drame. Je pensais a thriller.

 

La curée Emile Zola

A la fin d’une chasse, pendant la curée, les chiens dévorent les entrailles de la bête tuée. Pour le jeune Zola, qui déteste son époque, c’est le cœur de Paris, entaillé par les larges avenues de Napoléon III, que des spéculateurs véreux s’arrachent. Ce deuxième volume des Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, est l’un des plus violents. Zola ne pardonne pas ces fortunes rapides qui inondent les allées du Bois d’attelages élégants, de toilettes de Worms et de bijoux éclatants. Aristide Saccard a réussi. Mais tout s’est dénaturé autour de lui : son épouse, Renée, la femme qui se conduit en homme, si belle et désœuvrée ; son fils, Maxime, l’amant efféminé de sa belle-mère. On accusa Zola d’obscénité. Il répliqua : « Une société n’est forte que lorsqu’elle met la vérité sous la grande lumière du soleil. »

Je ne sais finalement si *La curée* est la suite direct de La fortune des Rougon, quoique il en soit j’en ai bien retrouvé les personnages, sauf qu’il me semble que plusieurs année se sont passées…C’est malgré tout avec délice que je me plonge dans l’histoire de cette famille. Par contre mon préféré reste l’Assommoir (jusqu’ici) dont la cadence me semble plus soutenue, l’histoire plus captivante, que la Curée.

J’ai ici la liste de cette série dont l’Assomoir et Germinal déjà lu, Jean m’ a trouver à ce jour toute la série plus d’autres qui n’en font pas partie. Je me régale donc

 

Trencadis de Caroline Deyns

Je montrerai tout. Mon cœur, mes émotions. Vert – rouge – jaune – bleu – violet. Haine -amour – rire – peur – tendresse.»

Niki hait l’arête, la ligne droite, la symétrie. A l’inverse, l’ondulation, la courbe, le rond ont le pouvoir de déliter la moindre de ses tensions. Délayer les amertumes, délier les pliures : un langage architectural qui parlerait la langue des berceuses. Aussi vit-elle sa visite au parc Güell comme une véritable épiphanie. Tout ici la transporte, des vagues pierrées à leur miroitement singulier. Trencadis est le mot qu’elle retient : une mosaïque d’éclats de céramique et de verre. De la vieille vaisselle cassée recyclée pour faire simple.

Si je comprends bien, se dit-elle, le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction. Concasser l’unique pour épanouir le composite. Broyer le figé pour enfanter le mouvement. Briser le quotidien pour inventer le féérique. Elle rit : ce devrait être presque un art de vie, non ?

Roman qui parle de très fantasque et esprit libre Niki de Saint Phalle. Il aurait du m’intriguer, puisque épouse de notre très sculpteur national Jean Tinguely. He bien non, ce livre m’as quelque peu ennuyée et, hélas je ne l’ai pas fini. toutefois je pense le reprendre mes dispositions n’était peut-être pas des meilleures. 

 

Tout doit disparaitre de Mikaël Olivier

Entre le dénuement à Mayotte et l’hyperconsommation en Métropole, Hugo vacille. Confrontation brutale de deux cultures, deux façons d’appréhender le monde et les relations amoureuses…
Les parents de Hugo partent enseigner pour quatre ans à Mayotte, ce petit bout de France perdu au coeur de l’Océan indien. Seul élève blanc de sa classe, Hugo a du mal à s’adapter à ce dépaysement : la misère des Mahorais et surtout des immigrés clandestins comoriens, la chaleur, le rythme… Une relation sexuelle exaltante le fait se sentir un homme à 14 ans. Mais lorsque Zaïnaba lui apprend qu’elle attend un enfant, Hugo comprend qu’il est trop jeune, et qu’ils ne sont pas sur le même registre, lui l’enfant de prof qui va retourner terminer ses études en France, elle qui trouve normal de faire un bébé avec le garçon qu’elle aime…
Ses parents le font revenir précipitamment en France, où il débarque en pleine frénésie des soldes. Après ce qu’il a vécu sous les tropiques, tout le choque et le révolte : les slogans tapageurs, les clients survoltés, les dépenses incessantes. Hugo s’éloigne des siens, s’isole, et décide de rentrer en résistance. Il découvre avec soulagement un groupe organisé de « casseurs de pub ». Initié par Charlotte, il retrouve un sens à sa vie, dans la contestation.

Plongeons en arrière avec ce livre où,  J’ ai retrouvé des émotions d’Afrique, ce dépaysement du début, ces sensations déroutantes. Chaleur intense, bidonville, déchets, odeurs, sons aussi. Cet apprentissage d’une autre vie d’un autre regard. Ces sensations d’injustices devant le trop de l’Europe face au dénuement sur le sol africain qui pourtant se modernise, coute que coute,  mais a quel prix souvent! Retrouvé aussi qu’il n’est pas si facile que ça d’être déraciné même si, c’est penser voulu. Cette sensation de manque au retour….Mais aussi cette certitude, avoir beaucoup appris de cette expérience..

Roman que j’ai beaucoup aimé .

Livres papier 

 

L’affaire Seymour de Tim Lott

Tim Lott ne s’attendait pas à une requête aussi étrange : Samantha Seymour, trente-neuf ans, lui demande d’enquêter sur les circonstances de la mort de son mari, le Dr Alex Seymour. Intrigué, le romancier plonge dans le passé d’une famille londonienne sans histoires. Ou presque. Au fur et à mesure de ses recherches, il va découvrir qu’Alex Seymour était en proie à une sérieuse crise de la quarantaine doublée d’une tendance inquiétante à la paranoïa, allant jusqu’à placer des caméras de surveillance au domicile conjugal pour espionner les faits et gestes de sa femme et de ses enfants.

Un petit jeu glaçant de miroirs et de dupes…J’ai bien aimé car je ne m’attendais à certaines situation

 

 

Les après midis d’un fonctionnaire très déjanté de Upamanju Chatterjee

Parachuté dans une grosse ville rurale pour occuper un poste de l’administration alors qu’il vient de terminer des études poussées aux États-Unis, Agastya cultive avec art un ennui à la fois désabusé et mélancolique dans le brouillard du haschisch, l’alcool, les films pornos ou les livres.

Depuis sa solitude décalée et quelque peu déjantée, il contemple avec un cynisme extrêmement cocasse et mordant l’agitation inutile de son chef, la corruption des uns et des autres, découvre la misère et la crasse des campagnes, fasciné en même temps que dégoûté.

Présentez comme un petit bijoux de la littérature indienne, en même temps drôle et satyrique j’avoue que ce livre ne m’as pas convaincue.

Ce qui en est dit  » La prose de Chatterjee est cynique, drôle et souvent osée. L’auteur brosse avec brio le portrait d’une génération et d’une nation qui peinent à se restructurer dans ce qu’on appelle aujourd’hui la mondialisation. « 

534 pages que je n’ai, pas eu le courage de lire, j’ai arrêter à la 153ème. Le finirais je ? A voir, je ne l’ai pas remis dans la cassette au cas où….

 

L’été meurt jeune de Mirko Sabatino

Eté 1963, dans un village des Pouilles.
Primo, Mimmo et Damiano , trois garçons de douze ans, passent le temps comme ils le peuvent dans les ruelles monotones de leur quartier. La vie n’est pas simple, pour ces amis inséparables : le père de Primo est mort, celui de Mimmo est à l’asile, celui de Damiano interdit à sa femme de quitter la maison, par peur qu’elle ne le trompe. Et lorsqu’ils quittent leurs foyers, c’est pour se trouver confrontés à une bande d’ados qui s’amuse à les tourmenter et à les humilier…
Les trois garçons feront un pacte cet été-là, mais ils ignorent alors qu’un terrible engrenage vient de s’enclencher qui précipitera la fin de l’été, de leur amitié et, de leur jeunesse.

Petit village d’Italie écrasé de chaleur qui exacerbe, l’imagination la cruauté, parfois. Un récit vivant de ces jeunes désœuvrés qui s’entrainé mutuellement au delà de ce qui est permis….J’ai aimé ce livre

 

Courir avec des ciseaux De Augusten Burroughs

Depuis sa plus tendre enfance, Augusten déteste l’école et le désordre sous toutes ses formes, et voue une passion quasi-obsessionnelle à tout ce qui brille: des stars qu’il voit à la télévision aux piécettes qu’il astique en regardant ses feuilletons favoris, en passant par les chevelures soyeuses et les stéthoscopes rutilants pendus au cou des médecins. Augusten sait également depuis toujours une chose à son propos : il est gay.
En attendant le divorce qui mettra fin aux disputes violentes entre son père – prof de math alcoolique – et Deirdre, sa mère – poétesse narcissique et psychologiquement instable –, Augusten se prépare activement à un avenir plus radieux, dans lequel il se rêve animateur vedette d’un talk-show, ou médecin – l’idéal demeurant à ses yeux d’incarner un médecin dans une série télévisée.
Or, après la séparation de ses parents, alors qu’il a douze ans, la vie d’Augusten prend un tournant inattendu : loin de retrouver un équilibre, sa mère enchaîne les épisodes psychotiques, entame une liaison avec l’épouse d’un pasteur et décide de confier la garde de son fils à son propre psy, le Dr Finch. Au sein de cette famille d’adoption une nouvelle vie commence pour Augusten…

C’est un roman autobiographique, dont le titre m’as interpellée ainsi que la couverture. Dit livre choc, il le fut pour moi. Comment concevoir que ce soit possible de grandir dans ces conditions?  Récit tragi-(comique) d’une enfance et d’une adolescence hors des sentiers battus, (c’est le cas de le dire)  aux États-Unis, dans les années 70.

Il est aussi dit de ce livre qu’il est une réflexion plus large sur la sexualité (1), le mariage (2)  et la société américaine. Perso je n’y ai pas trouvé matière à réflexion sur les sujets 1-2 par contre sur la société américaine si cet enfant à réellement vécu comme cela ces jeune année, c’est effarant!

Voici un lien où, vous pouvez en voir un court extrait en français

Je ne peux pas dire que j’ai aimé ce livre, il m’as trop souvent dérangé.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

46 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
colettedc
Abonné
01/04/2024 19:38

Très bon bilan de lecture, Renée !!! Bisous

Andrée
Invité
Andrée
31/03/2024 19:47

J’étais fan de Zola que j’ai découvert à l’école. Pour le livre surde Saint Phalle il était très intéressant sur sa vie, sa maladie psychique qui lui a beaucoup nui. A la fin de sa vie elle donnait une grande partie de ses gains pour des associations s’occupant d’enfants.
Je lirai certainement le livre sur Mayotte.
Bises et merci

JACQUELINE
Abonné
30/03/2024 19:45

Je vois deux Zola! Meme si la nouvelle génération s’applique, la façon dont écrivait ces auteurs est toujours fort agréable à lire. Bises Renée

manou
Invité
30/03/2024 17:04

Tu as lu pas mal de classiques ! Je suis admirative. Je suis contente que tu aies aimé « tout doit disparaître » pareil pour moi, pourtant je n’ai jamais vécu à l’étranger. Je note Mirko Sabatino que je ne connais pas j’aime les histoires qui se passent en Italie. Bisous et bon weekend de Pâques j’espère que tout va bien pour ton mari

jazzy57
Invité
30/03/2024 15:52

Un beau bilan lecture Renée pour ce mois de mars. Les livres de Zola qui m’ont le plus passionnée sont l’assommoir , Germinal et la bête humaine.
Bonnes fêtes de Pâques
Bises

LylouAnne
Invité
30/03/2024 14:40

Merci Renée de partager tes lecture de Mars ! Je te remercie de ta visite et te souhaite un très bon week-end de Pâques. Bisous.
Lylou

Clem
Invité
30/03/2024 13:29

Bonjour Renée,
Je m’arrête sur le premier bouquin, les Rougon. C’est une saga qui compte au moins une quinzaine de titres. Je pense que je n’ai pas tout lu ! Quelle plume ce Zola quand-même !
Bisous
Clem

moqueplet
Invité
30/03/2024 12:13

je vois que toi aussi tu as ton mari malade, j’espère qu’il va mieux et que toi aussi tu ne faiblis, car il faut bien que l’on soit à leur côté surtout dans ces moments là…..passez tous les deux de bonnes journées pascales

claudielapicarde
Invité
claudielapicarde
30/03/2024 11:35

Que de souvenirs avec Zola. J’ai étudié « au bonheur des dames » à l’école et jeune j’ai travaillé dans les bureaux du grand magasin du Printemps à Versailles. Je vivais dans les décors du livre.
Meilleure santé à ton mari et bonnes Pâques.

Pestoune
Invité
30/03/2024 11:18

Merci de ces découvertes. A part Zola dont j’ai tout lu, les autres romans me sont inconnus et certains m’interpellent.

Bonnes fêtes de pâques Renée.

renée bukay
Abonné
30/03/2024 10:36

bonjour, c’est pas grave ,que tu ne passes pas ,prend soin de ton mari bonnes fêtes de Pâques bisous

lizagrece
Invité
30/03/2024 09:34

Je suis une inconditionneelle de Zola. La Curée est bien le 2e de cette saga. Moi aussi je trouve que l’Assommoir est un des meilleurs. Le 3e est le Ventre de Paris avec toute la vie autour des Halles de Paris aujourd’hui disparues. Un livre magnifique également

Lucky Ozz
Invité
30/03/2024 09:25

Voilà un bon choix de lectures ! J’ai retenu le 3, le 4 et le 6 dont les sujets m’intéressent… mais les lirai je un jour ?…
Bisous et bonne journée

Epiceas
Abonné
Epiceas
30/03/2024 09:22

Tu es toujours bien occupée à la lecture à ce que je vois 🙂
Beau week end Renée

jean marie 14
Invité
30/03/2024 09:14

coucou Renée un bon choix de livres , ce matin ont s’est levé avec un beau soleil , je te souhaite une belle journée de Samedi ,bises

Bon Ap chez Mamounette
Invité
30/03/2024 08:59

Bonjour Renée, j’espère que ton mari va mieux et que bientôt tout rentrera dans l’ordre.
Tu lis beaucoup, c’était une de mes passions à une époque maintenant je ne peux plus lire dans le lit ou assise trop longtemps alors je m’en passe. Mais j’aurais bien lu le premier d’Emile Zola, la fortune des Rougons qui doit être plein de mystères et d’amour.
Je te souhaite de joyeuses Pâques et un bon week-end
Bisous

trublion
Abonné
30/03/2024 08:49

je ne connais aucun ouvrage de Zola qui m’ ait ennuyé !
Et j’ ai noté : tout doit disparaître, en rapport avec cve qu’ on entend dire de Mayotte !
Bonne fin de semaine
Bisous

mireille du sablon
Abonné
mireille du sablon
30/03/2024 08:33

Quels choix, je ne saurais dire lequel je retiens en 1er….
J’espère que ton mari retrouvera une meilleure santé….
Bon w-end pascal!
Bises de Mireille du sablon

écureuil bleu
Invité
30/03/2024 08:18

Beau bilan de lecture, Renée ! Je n’ai lu que les Zola. Bonne journée et bisous

Golondrina63Auv
Abonné
30/03/2024 08:02

Et bien tu en as lu des livres
Tu n’as pas à être navrée de ton absence
ta NL est toujours la bienvenue dans ma boîte
Bisous et bonnes fêtes de Pâques Renée

danièle
Abonné
30/03/2024 07:31

Que de lectures! J’ai lu toute la série des Zola, de vrais bons moments!
Très belle journée et bonnes fêtes de Pâques.
bises

Zaza
Abonné
30/03/2024 07:10

Quel bilan lecture pour ce mois de mars, bravo Renée.
Joyeuses Pâques
Bises et bon samedi

jill bill
Abonné
30/03/2024 07:09

Beau melting-pot de lectures avec des avis partagés, comme pour tout, il y aura les livres dévorés et les autres avec une moins bonne note, merci René, belle journée, bises jill