Aller au contenu

Coqueurs de mot 275 (1)

Pour ce 275ème Durgalola nous dirige et demande :

Pour le premier jeudi en poésie du 12 janvier : poètes d’ailleurs (Asie, Afrique, Amérique, …)

Celui qui a tout perdu.

Le soleil brillait dans ma case
Et mes femmes étaient belles et souples
Comme les palmiers sous la brise des soirs.
Mes enfants glissaient sur le grand fleuve
Aux profondeurs de mort
Et mes pirogues luttaient avec les crocodiles
La lune, maternelle, accompagnait nos danses
Le rythme frénétique et lourd du tam-tam,
Tam-tam de la joie, tam-tam de l’insouciance
Au milieu des feux de liberté.

Puis un jour, le Silence…
Les rayons du soleil semblèrent s’éteindre
Dans ma case vide de sens.
Mes femmes écrasèrent leurs bouches rougies
Sur les lèvres minces et dures des conquérants aux yeux d’acier
Et mes enfants quittèrent leur nudité paisible
Pour l’uniforme de fer et de sang.
Votre voix s’est éteinte aussi
Les fers de l’esclavage ont déchiré mon coeur
Tams-tams de mes nuits, tam-tams de mes pères.

David Diop (1927 – 1960)

A propos de David Diop : Un papa sénégalais, une maman Camerounaise, une enfance et une adolescence fragiles, le papa qui meurt, cinq frères et sœurs autour de la maman Marie Diop. Mais voilà la littérature, après la fac de Médecine. Les cours d’un prof nommé Leopold Sédar Senghor…Voilà David Diop prof à son tour dans un lycée du Sénégal. Il publie ses premiers poèmes dans la revue « Présence Africaine », que Senghor reproduit dans son « Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française » en 1948. A partir de 1958 le vent de l’Indépendance souffle. Diop est membre du Parti Africain de l’Indépendance, le PAI, dont bien des congrès eurent lieu, discrètement ou pas, à Bordeaux. Le poète militant devient directeur de l’Ecole Normale en Guinée indépendante. Le 29 août 1960, Diop est une des 62 victimes d’un accident d’avion aux causes jamais établies,  au large du Sénégal.

Source

 

 

 

 

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jeanne Fadosi
Invité
19/01/2023 10:25

magnifique découverte merci !

colettedc
Abonné
14/01/2023 04:34

Excellent choix, Renée ! Super !!! Bisous♥

jazzy57
Invité
13/01/2023 17:58

Une tres belle découverte avec ce poète qui n’aura pas pu exercer ses talents longtemps, quel dommage.
Bonne soirée
Bises

MéméYoYo
Abonné
13/01/2023 17:33

Triste poème, très bien écrit, triste comme l’esclavage de ces pauvres gens. Bonne fin de journée. Gros bisous

manou
Invité
13/01/2023 15:44

Je ne le connaissais pas mais il a un homonyme qui est écrivain. Y a-t-il un rapport entre les deux, je ne sais pas du coup, tu me fais douter…Bisous et merci pour ce joli poème

liza
Invité
13/01/2023 13:38

Je découvre ce poète. Merci

Josette
Invité
13/01/2023 09:35

Un grand homme et un grand poète…merci pour ce partage

la cuisine de poupoule
Invité
13/01/2023 09:28

Un poème bien beau mais triste fin.
Bonne journée
Bisous

Zaza
Abonné
13/01/2023 07:35

Un très beau poème que je découvre Renée, merci…
Bises et bon vendredi – Zaza

jill bill
Invité
jill bill
12/01/2023 17:25

Je découvre Renée, ce qui est bien avec ce jeudi/poésie, merci, bises

Béa Kimcat
Invité
12/01/2023 14:22

Epouvantable esclavage.
Ce poème est un cri du cœur.
Bizzz

écureuil bleu
Invité
écureuil bleu
12/01/2023 10:26

Joli poème de David Diop et bel hommage à cet écrivain !

Juste Lenoir
Invité
12/01/2023 09:07

superbe poesie
merci du partage