Aller au contenu

Croqueurs de mot 239 (Domi) texte 28 septembre et 1er octobre

Pour les croqueurs de mots 239, c’est Jeanne Fadosi qui prend la barre !

Elle nous invite à écrire un petit texte en prose ou en vers portant sur un moment (passé, présent, à venir, réel ou imaginaire) particulier (joyeux, saugrenu, étrange, stressant, agréable …) dans lequel l’électricité (ou son absence) y a joué un rôle important.

Mots imposés à inclure :

(ambreampouleappareil).

Kenya une fin de journée comme une autre en 2007.

On le croit et pourtant non, vers 21Hoo confortablement installé devant la TV et les nouvelles de France, sur, la seule chaine en Français que l’on capte France 5 plus rien noir complet.

En premier lieu on se dit mince l’ampoule a encore cramé?

Il faut dire qu’à l’époque et dans le pays les *leds* était introuvable et les économique d’énergie peu courantes et très chère. On n’en avait pas encore acheté.

On cherche à tâtons les bougies. On va contrôler le disjoncteur, c’est une panne comme il en arrive si souvent. Si souvent, trop souvent!

On allume nos bougies qui ne diffusent qu’une couleurs ambre autours de nous peu propice à la lecture ni à quoique ce soit.

Heureusement nous avons des lampes frontales qui rendent bien service. Ne reste qu’à aller se coucher comme les poules et, lire.

Le lendemain, courant rétablis on constate que tous les autres appareils électriques de la maison ont tenus le choc sauf, le frigo qui lui ait rendu l’âme.

Un miracle déjà que mon portable n’ait pas cramé j’avais oublié de le déconnecté pensant encore consulter mes mails après le TJ !

Inutile de vous dire que dans la foulée du nouveau frigo nous avons fait la dépense des ampoules basse consommation et de protection sur les prises même si ça nous a couter un bras ! En Europe le courant, est chose si banal que l’on ne prend pas la mesure de ces pannes.

Pour les jeudis poésie

 (1er octobre), tout autre lien avec l’électricité,

 

trouvé sur ce site : La fée électricité

La fée électricité a pris une pose,
Et cela devient assez fréquent,
Non habitué à ce qu’ainsi elle s’impose,
Il court partout chercher du courant.

Toujours et encore des coupures,
Ici chaque jour la fée s’amuse,
Et lorsque cela devient trop dur,
Ses nerfs mis à mal s’usent.

Et voilà il vient encore de perdre sa connexion,
Il perd son calme, il vocifère,
A quoi bon ! Autant se mettre au diapason,
Même si elle ne manque pas d’air !

Ah ! Dans les mondes dits développés
Point de caprice…

Ce qui fait résonnance au texte plus haut.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

44 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
dominique anthony
Invité
15/10/2020 19:59

Tu en as vécu des choses, une vraie bourlingueuse !!! Quoiqu’il en soit, je sais par expérience, que l’humain, un peu comme le chat, retombe toujours sur ses pattes. Voilà un an et demi que je vis sans salle de bain, ni cuisine équipée , et je m’en accommode 😉
Bisous Renée.

colettedc
Abonné
02/10/2020 17:08

Bonjour Renée,
Quelle merveille, que l’électricité mais, lorsqu’elle nous fait défaut … ouf !!! Il faut faire avec et se servir du système D (débrouillardise), hein !
Bravo pour ton texte et pour ce choix de poème,
Bonne poursuite de ce jour,
Bisous♥

Marmotte 09
Invité
02/10/2020 16:40

Un bel article sur Madame la fée électricité qui parfois nous joue de drôles de tour …
A+ Bises

Eglantine Lilas
Abonné
Eglantine Lilas
02/10/2020 12:04

sourire, j’ai connu à peu près ça peu après avoir quitté les lampes à pétrole dans notre village ! les pannes étaient courantes…c’était les prémices d’un certain confort dans les maisons, quoique à l’époque nous n’avions pas de réfrigérateur ni de machine à laver, diantre maintenant que j’y pense comment faisait nos parents ? Le linge lavé à la rivière, l’hiver la conservation à l’extérieur de certains produits alimentaires, le village était en montagne mais l’été ? Je ne sais plus !
grosse bises

Jacqueline
Abonné
02/10/2020 08:43

Tu as une excellent mémoire!!! Ou l’épisode t’a tellement touchée????
Avec tous ces défis il faut quand meme beaucoup de soins pour les écrire
Bravo! Bisous Renée

jean marie 14
Invité
02/10/2020 08:24

Sur René que sans électricité ont serait malheureux dire qu’il y a des années c’était a la bougie je te souhaite un très bon Vendredi bises

Elena800
Invité
02/10/2020 06:00

Bonjour, un joli texte ! Bonne fin de semaine, bisous

kprice2a
Abonné
kprice2a
01/10/2020 23:57

Bonsoir Renée,
Au Kenya, en 2007 … ce n’est pourtant pas au bout du monde, ni si éloigné dans le temps … et pourtant tout cela nous paraît être d’un autre âge !
J’ai connu aussi les pannes très fréquentes lorsque j’habitais en Corse (ça existe encore d’ailleurs) … Et la plus grosse panne que j’ai connu c’était fin décembre 1999 … c’était terrible, on est restés 15 jours sans électricité … une drôle de sensation quand on n’a que l’électricité, pas de gaz, pas de feu à bois, non que du tout électrique … devoir se laver à l’eau froide avec une petite de 3 ans à peine, n’avoir que du froid à manger, et se chauffer, n’en parlons même pas … c’était terrible ! Mais bon on a survécu hein !
Tu dis  » On allume nos bougies qui ne diffusent qu’une couleurs ambre autours de nous peu propice à la lecture ni à quoique ce soit. » … pas propice à la lecture je comprends, mais ça peut être bénéfique pour d’autres « activités » … hihihi …
Le poème fait en effet résonance à ton texte
Merci pour ce petit bout de si loin pas si loin …
Bisous Renée … bonne nuit 😉

écureuil bleu
Invité
écureuil bleu
01/10/2020 21:51

Bonsoir Renée. C’est vrai que sans électricité on se sent perdu… Ici les pannes sont rares. Bisous

Féelaure
Invité
01/10/2020 20:17

Le confort a tellement évolué, qu’on aurait du mal à s’en passer, mais ce n’est pas le cas partout
Bisous et douce soirée

CathyRose
Invité
01/10/2020 18:09

C’est en effet quand elle nous fait défaut qu’on se rend compte à quel point elle est importante !
Bon moi j’ai de la chance … j’ai un mari dont c’est le métier ! 😉
Belle soirée, bisous.
Cathy

CathyRose
Invité
03/10/2020 20:05
Répondre à  Renée

Ah non en effet, il peut juste œuvrer sur ce qui est à l’intérieur de la maison.
Bisous Renée

mireille du sablon
Abonné
mireille du sablon
01/10/2020 17:29

Ah cette fée électricité qui nous manque tant quand elle s’absente ne serait-ce qu’un instant!
Bises du jour
Mireille du sablon

Béa Kimcat
Invité
01/10/2020 15:34

Bien vu !
La fée électricité a une grande importance… sans elle, nous nous sentons perdus et désemparés… Il y a un bon mois, on a eu une penne de courant un soir qui a duré plusieurs heures… pas vraiment plaisant !
Bisous Renée

Golondrina63Auv
Invité
Golondrina63Auv
01/10/2020 15:26

Je suis claustrophobe
Impossible de vivre dans le noir
J’ai toujours où que j’aille une lampe et des p’tits gadgets qui éclairent
Concerant la panne si en journée cela ne me dérange pas , enfin un peu pour le congélateur
Et oui nous les habitués du luxe , dans ce pays que tu cites, certains que cela devait être coutumier
Bonne journée
Bises

jazzy57
Invité
01/10/2020 14:37

En effet la poésie et le vécu de ta situation s’articulent parfaitement pour ce défi des croqueurs .
La seule panne d’électricité vraiment pénible que j’ai connue c’était en 1983 lors des inondations , plus rien ne fonctionnait ni chauffage ni aucun appareil , heureusement j’avais à cette époque une cuisinière à gaz qui m’a bien dépannée car la panne a duré deux jours .
Bonne journée
Bises

estrelita
Abonné
01/10/2020 11:41

Un bel article ,bonne journée bisous

Mamazerty
Abonné
Mamazerty
01/10/2020 11:20

On s’habitue aux situations,aux objets,aux gens,le bien être va de soi et puis tout à coup patatra , » rien n’est jamais acquis à l’homme ni sa force ni sa faiblesse ni son cœur et quand il croit serrer son bonheur dans ses bras,son ombre est celle d’une croix »disait le poète…non rien n’est jamais acquis…

claudielapicarde
Invité
01/10/2020 11:16

C’est pareil pour l’électricité ou l’eau, il suffit d’en manquer pour comprendre que dans nos civilisations c’est devenus vital.
Quand j’ouvre un robinet ou appuie sur un interrupteur j’y pense parfois.
Bon jeudi.

Martine Martin
Invité
Martine Martin
01/10/2020 09:45

Et oui on s’habitue de vite au confort et quand il nous en manque un tout petit peu on est perdu. J’aime aussi le poème partagé. Bisous

trublion
Abonné
01/10/2020 08:53

on s’habitue vite au confort, oubliant qu’il n’ y a pas si longtemps on éteignait encore les lampadaires au gaz dans les rues de la capitale !
Et on réagit d’ autant plus mal quand soudain c’ est la panne !
J’imagine au Sénégal !
Passe une bonne journée
Bisous

ZAZA
Abonné
01/10/2020 08:48

Que ferait-on maintenant sans électricité !
Bravo Renée, bel écrit.
Bises et bon jeudi