Aller au contenu

Suite à un reportage vu sur Arte (il me semble) entre le 1 et 3 février en rediffusion, dans l’émission *invitation au voyage* j’ai découvert cette musique, le Taarab. Mais ce n’est pas de cette musique qu’il s’agit mais d’un instrument bien spécifique qui est utilisé.

Le Qanûn

Le qanoûn ; en transcrit « qanoûn », « quanoun », « kanoun », « kanun » ou « kanon »), aussi appelé « kanonaki » ou « kalong », est un instrument à cordes pincées de la famille des cithares sur table, très répandu dans le monde arabe, le monde iranien, en Asie du Sud-Ouest ainsi qu’en Grèce et dans le Turkestan, à ne pas confondre avec le santour, dont les cordes sont frappées. Son nom dériverait du grec « κανών » (signifiant « la mesure »), qui était aussi le nom donné à un instrument monocorde destiné à l’étude des intervalles en musique et connu déjà de Pythagore. Il est l’ancêtre du Psaltérion.

Le kanoun moderne remonte à la fin du xviiie siècle et résulte de l’évolution de l’instrument déjà utilisé dans l’Empire byzantin, dans les pays sous influence ottomane, au Maroc, en Iran, etc. Le kanoun ne permettait alors qu’un jeu monophonique avec la main droite. La main gauche devait appuyer sur les cordes pour changer la longueur de la partie pincée et ainsi permettre les modulations, à la manière des cithares asiatiques (koto ou qin).

Kanoun datant du xixe siècle.

À la fin du xixe siècle, des luthiers de l’Empire ottoman (d’origine ethnique inconnue) ont introduit à la gauche de l’instrument, près des chevilles, des leviers (mantalia en grec, mandal en turc et ‘orab en arabe) permettant lorsqu’ils sont abaissés ou levés de modifier la longueur de la corde et ainsi d’altérer la note. Une autre modification a consisté à ne plus laisser le chevalet en contact direct avec la caisse de résonance mais à le placer sur une série de 4 à 5 éléments en peau de poisson qui ont considérablement amélioré la qualité (timbre et volume) du son.

Aujourd’hui, le kanoun a une caisse de résonance en forme de trapèze d’une épaisseur variant entre 3 et 10 cm, la grande base varie entre 75 et 120 cm et la petite base entre 25 et 45 cm. La longueur de l’arête perpendiculaire varie entre 30 et 45 cm. Elle est en plusieurs types de bois (érable, acajou, noyer). La table d’harmonie est percée de 3 ou 4 rosaces et peut être incrustée de mosaïques.

Le chevalet (köpru en turc et faras en arabe) en épicéa à pieds multiples est posé « à cheval » sur des peaux (raqma en arabe) de poisson rectangulaires (4 pour les kanouns turcs et 5 pour les kanouns arabes) servant d’amplificateurs de résonance. Il est perpendiculaire à la base de l’instrument.

Les leviers sont des éléments métalliques (en cuivre pour le kanoun arabe et en alliage cuivre, nickel et zinc pour le kanoun turc) permettant d’altérer le ton d’une corde, de plusieurs degrés. Ils sont toujours placés en série, à gauche de l’instrument, près des chevilles, sur la table de support des leviers et chevilles. Ils doivent l’être avec une grande précision pour avoir des intervalles corrects car ils remplacent les doigts de l’instrumentiste qui modifient la longueur de la corde en la pinçant (luth…).

Leur nombre est la principale caractéristique d’un kanoun car il détermine la musique qui peut y être jouée. Plus on a de leviers, plus on peut atteindre des micro-intervalles petits :

  • kanoun turc : entre 5 et 12 leviers permettant des progressions par comma .
  • kanoun arabe : entre 2 et 6 leviers permettant des progressions par ¼ de ton.
  • kanoun grec et arménien : entre 1 et 4 leviers permettant des progressions par 1/2 ton (Voir musique occidentale).

Source bien sûr Wikipedia

Découvrons le son :

 

Une présentation

Et des petits prodiges

C’est un joli son non?

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
claudielapicarde
Invité
17/02/2023 16:29

En effet, c’est joli, je ne connaissais pas du tout.

Clem
Invité
17/02/2023 16:15

Merci pour l’histoire de cet instrument Renée. Très intéressante publication
Bonne fin de semaine
Bisous
Clem

Elena800
Invité
17/02/2023 04:06

Bonjour, merci pour toutes ces précisions ! Bon weekend, bisous

j-francois
Invité
16/02/2023 18:46

Bonsoir Renée
J’ai entendu ce son dans certaines musiques arabes mais je ne connaissais pas cet instrument merci pour la découverte . Bonne soirée amitiés

Yvette
Abonné
16/02/2023 16:12

En Algérie le Kanoun est un genre de braséro en terre cuite. Nous en avions un chez nous pour cuire doucement, et on m’en avait fait cadeau d’un petit, j’avais 10 ans, une fois rapporté en France, il s’est effrité , mal cuit sans doute, j’ai été vraiment chagrinée.
Rien à voir avec ce superbe instrument de musique.
A bientôt Renée
Yvette

pestoune
Invité
15/02/2023 20:46

J’aime beaucoup la sonorité de cet instrument, comme celle du duduk (genre de flûte) de même origine. Les deux ensembles donnent une musique bien relaxante
https://www.youtube.com/watch?v=ll0bcBrboFw
bonne soirée Renée

Bernie
Invité
15/02/2023 18:39

C’est un instrument qui a un joli son.

Septsup
Invité
15/02/2023 17:44

superbe… je vais pouvoir me coucher ce soir j ai appris quelque chose aujourd hui… merci bisous

PPRené
Invité
15/02/2023 17:18

joli son en effet chère Renée, on entend souvent ces sons dans les musiiques arabes, merci pour cette decouverte, bonne soiree bises

écureuil bleu
Invité
15/02/2023 14:29

J’aime beaucoup ce son. C’est un instrument très intéressant. Bisous

Juste Lenoir
Invité
15/02/2023 09:24

Bonjour

merci de cet article intéressant sur l’instrument que voila
merci aussi des videos pour decouvrir

trublion
Abonné
15/02/2023 08:35

on en déduit que la musique, et donc les instruments qui la produisent sont aussi vieux que les hommes , et ont évolué en même temps qu’ eux !
On peut aussi remarquer, que les tonalités différent selon la culture des pays !
Merci pour cette découverte
Bonne journée
Bisous

jill bill
Abonné
15/02/2023 08:13

Là je découvre cet instrument et la musique qui en découle, merci Renée, bises