Aller au contenu

Humour/Humeur

Ca laisse perplexe

J’ai reçu ceci par e-mail ces jours et, je dois dire que mon sang n’a fait qu’un tour ! Je vous laisse juger     (une boite de pâté refusée lors d’une collecte d’aliments avant les fêtes) Cet évènement c’est passé en 2009 mais, je peu moi même témoigné que lors de mon départ pour le Kenya de la Suisse, nous avons voulu donner énormément de mobilier encore en superbe état. Nous avons donc fait appele à Emaus (qui ne donne pas mais revend) Les ramasseurs sont venus et on refusé certaines pièces avec pour motif, je cite *C’est trop lourd à porter* Dont, cette paroi murale démontable en 3 parties….. Je n’ais donc rien laissé emmener et, nous avons tout descendu devant notre allée mon mari et moi-même, inutile de dire que le soir il n’y avait plus rien! Faire le bien????

Perte d’une amie?

On prend le temps de faire des choses, ailleurs et, on revient voir les amis. Mais ceux ci se sont inscrits à la liste des abonnées absents! Je parle bien sûr de Domino : http://www.bienvenuechezmoi.org/ Car la suprise est de taille : blog fermé Blog fermé Que c’est ils passé? La santé? Souhaitons que non! Plus assez de temps? Que lui dire?  Qu’on l’aime gros comme ça? Cela suffit t’il? Quoique il en soit, reviens nous vite….Tu manques déjà!  

Monsieur,

Le Président, je vous fait une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps Vous nous aviez promis En décembre deux milles six Qu’personne sur les trottoirs N’iraient  mourir de froid. Le froid est revenus pluie neige en abondance Nous somme en décembre deux milles dix  S’écoulent les années, toujours la même tendance Que sont donc devenus promesses et objectifs On sait la France va mal la société dérive On vous a fait confiance en tant que candidat Nous sommes des êtres humains, des bâtiments sont vides Jeunes  vieux et même enfants vous ont comme chef d’état !   Déjà un morts, de trop cette année.

Joie, rire ou colère?

                      La joie, pour certains, peut signifier le plaisir, c’est-à-dire une satisfaction par exemple sensuelle, corporelle. Il y a également des plaisirs intellectuels, esthétiques ou affectifs. Mais ce n’est pas encore la joie au sens où nous l’entendons. Le plaisir diffère de la joie par sa fugacité, son caractère épisodique et passager ; c’est une sorte de mousse qui monte à la surface, puis se dissipe. Il faut donc bien distinguer entre le plaisir et la joie. Pour d’autres, la joie évoque l’idée du bonheur. Dans ce mot, il y a « heur » que nous retrouvons dans « malheur » et qui signifie la chance, le destin. Étymologiquement, le « bonheur » est donc un destin qui nous satisfait ;  il est lié à l’idée d’une chance, d’un événement heureux qui nous arrive. C’est quelque chose de beaucoup plus grand, de plus durable que le plaisir. Différent du plaisir, le bonheur l’est également de la béatitude. Celle-ci, en effet, a une dimension très particulière. Il y a en elle quelque chose de surnaturel, de divin, l’idée d’une bénédiction, mais dont on n’a pas nécessairement conscience. On peut réaliser, porter en soi les « béatitudes » de l’Évangile, mais sans éprouver concrètement de bonheur. C’est là… Lire la suite »Joie, rire ou colère?

Parce que je pense à lui……

Quatres ans déjà.. Que dire devant un tel événement et comment réagir, je ne le sais toujours pas et ne saurais probablement jamais. Je ne peux que me remémorer ton passage trop bref dans nos vies………… Tu es né un 17 juillet 1962, notre mère a fait preuve de courage car malgré les difficultés qu’elle allais rencontrer elle t’a attendu avec amour et impatiente. Tu es un enfant de l’amour mais comme tant d’autre plus un accident aussi ! Nous n’avons pas vécu ensembles de père différents (le mien décédé 2 mois avant ma naissance) et le tient qui à 3 ans t’a renié et contraint notre mère à travailler dur pour nous élever. Que veut tu, la grande bourgeoisie, même si elle aime se mélanger au petit peuple ne peut ou ne veut accepter une union de se type ! C’est bien mal faire ses débuts dans la vie malgré tout l’amour maternel mais il t’a fallu plus tard, en prendre ton parti ! Je ne me souviens de ta petite enfance que par quelques images qui restent collée dans mon inconscient. Tu avais 6 mois je crois, je te donnais le biberon quand je t’ai laissé tombé! Je te revois aussi à… Lire la suite »Parce que je pense à lui……