Aller au contenu

Essais poésie

Poésie (essais)

Pour Evy, peur

 La peur  de disparaître demain Quand doucement mes yeux se ferment Qu’une pensée de mort surgit Des frissons parcours mon épiderme D’un coût le sommeil me fuit.   Impossible de lutter contre se sentiment La peur s’installe me dévore En même temps qu’un grand accablement Me tiendra éveillée jusqu’aux aurores   Un fin inéluctable pour tous, c’est ainsi Mais comment accepter de se résigner Alors que ce destin n’est pas choisi? Non!  je veux toujours vivre  voir sentir bouger aimer….     Voilà Evy ce que m’inspire ce thème (Défi n° 188 du 18  au 25/11/18)            

Pour Fée Capucine (27) et Chez Evy La diférence

Pour Fée capucine N0 27 les mots imposés sont : Frais… fleurit… foisonne… fil… Foi… force… flot… fabuleux. Il fait frais ces temps,  le lilas à enfin fleurit et embaume le voisinage. Au fil des jours nous ressentons un fabuleux besoin d’extérieur et c’est avec joie que nous reprenons des balades beaucoup plus longue. Chipie tire avec force sur sa laisse, hume chaque brin d’herbe et s’amuse des pissenlits qui foisonne(nt). Le petit ruisseau coule, après la pluie en un flot joyeux, se prenant pour un fleuve. C’est dimanche, nous entendons au loin les cloche sonnent, appelant les fidèles qui ont la foi. nous sommes si bien sur ce petit chemin ensoleillé. Et pour Evy : La différence On nous jette dans la rue bien souvent, un regard surpris. Voyant nos mains enlacées souvent même, le regard se détourne. Pourtant dans nos yeux, notre attitude, l’amour est palpable. Nos coeur battent à l’unisson notre bonheur rayonne. Notre sang est rouge, comme le leur. Nos joies, nos peines sont identiques. Pourquoi ne peuvent-il pas comprendre que l’amour n’as pas de frontière Que notre couleur de peau si contrastée, ne fais pour nous aucune différence?  

Bonjour et,

Tout d’abord Dès aujourd’hui, je réponds à nouveau à chacun des coms individuellement, j’avoue que cela m’as manqué…. Un peu comme un fil cassé…. Bien que, j’ai pris plaisirs à les lire, dès que j’avais le temps. Quelques changement concernant, mes participation aux divers défis : La cour de Jill : hebdomadaire si possible (voir 2 en 1) Pour l’annuaire de Domi hebdomadaire si possible ( (voir 2 en 1) Musique à coeur ouvert : 2 x mois les expressions de Clara 1 x moiset, si trouvaille, publication dans 1917-2017 Atelier d’écriture chez Fée capucine 1-2 x mois (sans doute 1-2 en un) Atelier de Mandrine 1 x mois Atelier de Ghislaine 1 x mois Si j’étais de Khanel 1 x mois La photo du dimanche de Magda 1-2 x mois InspiPics 1 x mois Bernie et ces lundi soleil 1-2 x mois La photo du mois chez Nadia 1 x mois Défi de Evy, suivant thème et inspiration Aimé/destesté 1 x mois, d’ailleurs avez vous participer en fin décembre? Si oui, merci de me laissez vous liens en com pour la réca. Tout cela bien sûr, autant faire ce peu, sans exclure de nouvelles découvertes, mes recettes en partage, des voyages si…… J’aimerai spécialement… Lire la suite »Bonjour et,

#InspiPics de décembre

Clique du jour, un cadeau ! Ma participation : Dans les foyers, guirlandes s’allument le soir Pendant que certains, se gèle dormant sur les trottoirs Dans les maisons, sapins se parent d’or Ailleurs, chrétiens sous les bombes, autre décor Mets délicats chocolat douceur sur la table Ailleurs, une seule casserole sur le sable Cadeaux à profusion toutes les dernières nouveautés Ailleurs, bâtons cailloux pour joué!   Voilà le texte que m’as inspiré cette photo de Joana Kosinska  pour Fée biscotte, à qui nous souhaitons aussi une bonne fête.  Retrouvez ICI,  ce RDV et pour les explications, ou Là sur la publication du jour, pour découvrir les participations et ICI pour vous inscrire et publier (si vous êtes sur FB) Passez quand même tous, de joyeuse fêtes.

Participation pour Mandrine, la magie des mots

Avec la première phrase de la première page du livre “ La maison des hautes falaises “ de Karen Viggers Mandrine nous dit : faites aller vos neurones. Vous avez jusque la fin du mois d’octobre. Mon texte : “ Il sortit de la maison sous la lumière étrange de la lune et marcha pieds nus jusqu’au bout de la rue …” Ou allait-il, lui-même ne savait plus. Il ne se rend même pas compte qu’il est pied nu et qu’il fait froid. Parfois il pense à quelque chose et suis cette pensée qu’il ne saurait plus décrire. Il est difficile dans ces moments de le ramener à une certaine lucidité. Il ne reconnait alors même pas ces proches. Depuis que cette maladie c’est déclarée, inutile d’essayé de le stopper quand la crise vient, Il sort de la maison sous la lumière étrange de la lune et marche pieds nus jusqu’au bout de la rue….. Voici ma participation pour Mandrine, (https://mandrine6.wordpress.com/2016/10/16/nouveau-defi-de-la-magie-des-mots-et-recapitulatif/ ) inspirée par des lectures sur la maladie d’Alzheimer. Enregistrer Enregistrer Enregistrer Enregistrer