Aller au contenu

La famille

Nouvelles 2

Qui sont, catastrophiques, hélas… G. a été transporté à Lausanne par hélico le 9 septembre où, il est bien arrivé. Il ne se réveille toujours pas et l’IRM pratiqué depuis montre que les deux parties du cerveau sont, fortement touchées. De plus et comme si toutes les blessures ne suffisait pas, il a été détecté que les cervicales sont déplacées. Nous attendons confirmation de l’hôpital avec les médecins pour un RDV avec présence du père du frère et de moi-même, pour que l’on donne la décision finale. Décision dont nous avons longuement parler et qui sera l’arrêt de tout les soins, si la situation est toujours tel qu’aujourd’hui. Ceci dans le respect de ses souhaits, concernant l’acharnement thérapeutique. Il a toujours refusé, de vivre tétraplégique, voir pire. Encore de dur moments à venir donc, merci de votre patience et toute la gentillesse dont vous avez fait preuve avec vos mots laissés sur FB (pour ceux qui l’ont pu).   Je réouvre les commentaires, cela me distraira de vous lire un peu, de nombreux articles étaient parus n’hésitez donc pas a me laissé une trace, sur le sujet de l’article lu et même n’hésitez pas à y mettre de l’humour, antidote… Lire la suite »Nouvelles 2

Nouvelles

Samedi un fol espoir nous est venu car il a ouvert un œil, puis le second un petit moment. Nous devions rentrés dimanche mais avons décider de repousser d’un jour espérant enfin une amélioration, même minime. Espoir douché dimanche après midi par son infirmière en charge et les médecins. Le contact ne se fait pas il nous est expliqué que cela est un éveil et, non pas un réveil. Ses yeux sont vides, aucun contact ni réaction. Ils nous a aussi été annoncé de lourdes séquelles dans le cerveau, un IRM doit être réaliser afin de savoir lesquels au juste et ce qui pourra en résulter. IRM impossible encore car il pourrait être faussé par les épanchements de sangs et la grosses commotion. Il ne pourra se faire qu’au moins 15 jours après l’arrêt des médicaments qui le maintenait dans le coma. Ceux-ci avaient étés arrêtes le mardi 30 août vers 15H30…..Mais il ne revient pas…. On nous annonce aussi, que si vraiment aucun contact ne peut être établi, les médicaments autres seront arrêter après IRM, ce qui serait une preuve que le cerveau est mort et qui serait d’après les médecins de l’acharnement thérapeutique, ce que nous savons pertinemment… Lire la suite »Nouvelles

Mois/Emoi de juin/juillet (Martine)

  Pour une fois que je n’ai (presque) que du bonheur à partager je ne vais pas m’en priver! Quoique fin juillet fut endeuillé. Ce bonheur fut principalement en juin ou j’ai pu retrouver après presque 3 ans mon fils et sa famille. Dieu qu’il ont grandi  es petit enfants.. L’actu, ne m’as que peu intéressée en début de mois puis, après elle m’est passée carrément au dessus de la tête. Au retour de vacances elles me courent après mais, je cours plus vite. Pas question qu’elles ne m’attrapent, il fait beau il fait chaud, profitons. Egoïste, oui certes mais il parait qu’il faut l’être quelque peu!   Regardez plutôt,  le bonheur (pour moi) c’est un peu ça Mais, le plus grand reste celui-ci   Hélas tout à une fin, bien qu’après le retour nous avons quand même eus quelques jolis moments. Revoir maman après un bon mois qui va du mieux possible malgré les grosses chaleurs. Une amie et ex-collègue, dont je voua avait parler, viens de terminer sa chimio avec de très bon résultats. Malgré tout un il eu un nuage bien noir dans ces joies L’autre amie dont j’avais parlé en même temps, qui avait arrêter les… Lire la suite »Mois/Emoi de juin/juillet (Martine)

Quand….

Quand tu va voir ta mère et qu’elle te sort de vieux clichés, mais vieux…… Ici, 1er cliché l’image pieuse reçue par mon papa à sa 1ère communion et la blanche la carte envoyée a mes grands-parents pour la mienne. Pui moi bébé à divers période. ensuite un peu plus grande. (Clic, se sont des galeries) Puis,   Mon fils 4 mois à Alexandropolis lors de la venue de sa grand-mère pour le découvrir, en juin 1976. Le lendemain de nos retrouvaille à Athènes et où,  j’étais rester en rade avec le bébé sans couche ni lait toute la nuit! (rappel des faits) C’est ton enfance qui te saute au visage, mais aussi des moments de vie. Le passé c’était hier pourtant c’est loin, si loin.